Imprimer

Date: 19/02/2018

Fiscal

Droits d’enregistrement

Partage verbal soumis au droit de partage

Les partages de biens meubles et immeubles sont soumis à un droit de partage au taux de 2,50 %. Les conditions cumulatives à l’exigibilité du droit de partage de 2,50% sont l’existence d’une véritable opération de partage, d’un acte de partage et d’une indivision justifiée entre les copartageants. En l’absence d’acte, un partage verbal n'est donc pas soumis au droit de partage.

Toutefois, ce droit s'applique à un acte mentionnant un partage verbal antérieur.

En l'espèce la convention de divorce précisait que les biens indivis avaient été vendus et que le prix de vente avait d'ores et déjà été réparti entre les époux. Selon la cour d'appel de Versailles le droit de partage est dû sur les biens antérieurement partagés.

CAA Versailles 22 septembre 2017, n° 15VE04911

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Groupe Revue Fiduciaire 2018. Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.